Le bien être de la maman après l’accouchement

L’accouchement n’est pas anodin. Il peut provoquer des séquelles physiques et psychologiques. Il est primordial que la maman prenne soin d’elle juste après l’arrivée du bébé. C’est essentiellement le rôle du conjoint, de la conjointe et de l’entourage, qui doit tout faire pour que la maman se sente bien. Vous pouvez également vous faire accompagner par une sage femme, votre médecin traitant ou une association.

 



Les séquelles physiques

Le corps de la femme peut subir des blessures physiques pendant l’accouchement. Notamment en cas de césarienne ou de déchirure du périnée. La déchirure du périnée est provoquée par la tension qu’exerce le poids du bébé sur le périnée. Elle peut-être plus ou moins importante et nécessiter des points de suture et de la rééducation. Pour éviter la déchirure lorsqu’il n’est pas possible de faire autrement et si la femme est d’accord, l’équipe médicale peut également proposer une épisiotomie, c’est à dire une incision pratiquée dans le bas du périnée pour faciliter le passage du bébé. D’une façon générale, après l’accouchement, la maman peut avoir des difficultés à marcher et ressentir des douleurs en allant aux toilettes. Elle aura besoin de soins et de repos.

La rééducation post-natale

La rééducation post-natale est proposée à toutes les femmes qui viennent d’accoucher.

La rééducation du périnée se fait en plusieurs séances, en fonction des besoins de la maman, et est souvent suivi par une sage femme ou un kinésithérapeute. Elle intervient 6 à 8 semaines après l’accouchement. Cette rééducation permet de retrouver la tonicité musculaire.

La rééducation abdominale permet quant à elle de retrouver la tonicité musculaire des abdominaux. Elle se fait elle aussi plusieurs mois après l’accouchement. Votre médecin traitant peut vous faire une ordonnance pour des séances chez un ou une kinésithérapeute.

Échanger avec d’autres mamans, reprendre confiance, récupérer : le point de vue de l’association Trust

Anne-Laure Château est présidente de l’association Trust qui organise - entre autres - des ateliers et des groupes de parole pour les nouvelles mamans.

"Certaines femmes vivent très bien la période post-accouchement et d’autres vont rencontrer d’énormes difficultés allant jusqu’à la dépression. Mais la plupart des nouvelles mamans sont un peu entre les deux et l’idée c’est justement de les accompagner et leur permettre d’éviter les grosses difficultés. Quand on devient maman, on change de place à la fois dans le couple, dans la vie, mais aussi dans la lignée familiale. C’est une grosse étape à passer. On devient responsable d’un petit être qui demande une attention quasi permanente, on ne s’attend pas à ça et ça peut être plus difficile que ce à quoi on s’attendait.

Un des piliers du bien-être quand on vient d’avoir un enfant, c’est d’être entourée.

"Un des piliers du bien-être quand on vient d’avoir un enfant, c’est d’être entourée. Parmi les dispositifs mis en place par Trust, les groupes de parole sont très sollicités. C’est vraiment important de trouver un espace de parole où l’on peut échanger avec des personnes qui vivent la même chose. Nous proposons aussi des ateliers relaxation, du yoga, de l’hypnose ou de la sophrologie. Ils permettent aux jeunes mamans de récupérer un peu de la fatigue accumulée, de prendre du recul et de reprendre confiance en elles. Même si on reste en carence de sommeil, arriver à trouver un peu d’apaisement permet de récupérer un peu de forces. En plus, on peut reproduire certains exercices à la maison."

 

Découvrez les ateliers "Pause-partum" proposés par l’association Trust

Le baby blues et le post-partum

Le baby blues

L’accouchement et les mois qui suivent sont des périodes ou le moral des mamans peut être en baisse. Le bébé devient concret en étant là, mais en même temps il n’est plus au chaud protégé dans le ventre. Pour la maman, c’est la fin de la grossesse et le début du rôle de maman. Le baby blues apparait chez la mère dans les premiers jours qui suivent l’accouchement et est souvent lié à des changements physiologique (chute hormonale), une augmentation du stress et au manque de sommeil.

Le post-partum

La dépression post-partum peut se manifester pendant l’année qui suit la naissance un ensemble de facteurs peut expliquer les causes de son apparition (cause physiologique, changement de vie provoqué par le bébé épuisement, événement stressant, isolement etc.). Cette période, loin d’être un simple coup de blues passager, peut entrainer un profond mal-être et nécessiter un accompagnement psychologique. Encore une fois, il est très important pour le conjoint ou la conjointe et pour l’entourage d’être présent pour la maman, de l’accompagner et de la soutenir.

[Vidéo] L’après-accouchement : quels défis pour les nouveaux parents ?

L’arrivée d’un enfant est censée être le plus beau jour de la vie d’une mère. Et devenir maman serait inné, instinctif, facile. Pourtant, entre les suites de couches, la fatigue ou encore l’isolement, en France, près de 80 % des femmes révèlent avoir eu un baby-blues et 3 femmes sur 10 vivent l’après accouchement comme un cataclysme physique et psychologique menant à un mal-être qui s’éternise : c’est la dépression du post-partum.

Alors que se passe-t-il vraiment dans le corps, la tête et le cœur d’une femme qui vient de mettre au monde ? Pourquoi faut-il informer et accompagner les nouveaux parents ? Comment les préparer au post-partum, cette période qui peut les faire vaciller entre un immense bonheur et une profonde détresse ?

Retrouvez des conseils et des témoignages dans ce nouveau numéro de Vie de familles, l’émission de La Caisse d’Allocations Familiales (Caf) propose de revenir sur les défis des nouveaux parents.

 

 

 

L’allaitement

On le voit souvent à tort comme un rituel naturel qui se passe forcément bien. Ce n’est pas le cas. L’allaitement demande un apprentissage, un ajustement et de la patience pour être mis en place dans les premiers jours de vie du bébé. Il peut aussi entrainer des blessures physiques et des douleurs. L’allaitement nécessite d’acquérir un vrai savoir faire à la fois pour la maman et pour le bébé. Les sages femmes de la maternité seront là pour vous accompagner. Elles pourront également vous orienter vers des ateliers d’accompagnement à l’allaitement, d’ailleurs la plupart des maternités proposent ce type d’ateliers en interne. C’est aussi le rôle du conjoint ou de la conjointe de soutenir la maman dans sa démarche.

Les lieux de d’information, d’écoute et de soutien

En cas de difficultés, n’hésitez pas à vous tourner vers des structures qui pourront vous aider à les surmonter.

La Protection maternelle et infantile (PMI)

Le centre nantais de la parentalité

L’association l’Îlot Familles

L’association les Pâtes au beurre

L’association Res’ppi

L’association Trust

 

L’association Enfance & partage met à disposition un numéro vert : 0 800 00 3456, "Allo Parents Bébé" avec des professionnels de la petite enfance à votre écoute du lundi au vendredi de 10h à 13h et de 14h à 18h. une ligne dédiée aux parents qui rencontrent des difficultés avec leur bébé.

 

Les maternités proposent des suivis par des psychologues spécialisés dans la parentalité :

CHU de Nantes

CHU de Saint-Nazaire

CH de Châteaubriant

Clinique Jules Verne à Nantes

Clinique Brétéché à Nantes

La clinique Santé Atlantique à Saint-Herblain

 

 

 

 

Vous souhaitez échanger avec d’autres parents ?

Rejoignez la communauté des parents de Loire-Atlantique sur facebook

Retour en haut de page