La sexualité et la contraception

En cette période de puberté, mais aussi avec ce qu’il ou elle entend à l’école, peut voir sur internet ou via les réseaux sociaux, votre ado peut se poser et vous poser des questions sur la sexualité. En fonction de son âge et son développement, l’essentiel c’est d’être à l’écoute de ses questions, de tenter d’y apporter des réponses constructives, d’expliquer et de ne pas être dans la moquerie, le jugement, la culpabilisation ou les non-dits.

Quant aux changements liés à la puberté, vous pouvez anticiper et discuter avec vos enfants des transformations qui les attendent.

Vous pouvez vous faire conseiller et accompagner par des spécialistes, des structures et associations qui connaissent bien ces problématiques.

La contraception

Votre ado peut également commencer à avoir une vie sexuelle. Dans ce cas, sans être intrusif, et à moins que la demande ne vienne de lui ou d’elle, vous pouvez essayer d’aborder la question de la contraception et des comportements à risques. Vous pouvez aussi tout simplement orienter votre ado vers le Planning familial ou un centre de planification et d’éducation familiale (CPEF) où des professionnels répondront à ses questions et pourront l’accompagner. Dans un CPEF, la consultation pour choisir une contraception est gratuite pour les mineures de plus de 15 ans.

La première consultation chez le gynécologue

La première consultation gynécologique peut intervenir lorsque votre enfant en ressent le besoin. Pour accompagner votre ado dans son choix ou répondre à ses questions, vous pouvez l’emmener ou lui prendre un rendez-vous dans un Centre de planification et d’éducation familiale ou le Planning familial.

La vaccination contre les Papillomavirus humains

La vaccination contre le papillomavirus humain (HPV) permet de prévenir les infections par les virus les plus fréquents, responsables de 70 % des cas de cancers du col de l’utérus. La vaccination ne protège ni contre tous les cancers du col de l’utérus ni contre toutes les lésions précancéreuses. Donc, même vaccinée, il est indispensable de se faire dépister en réalisant un frottis tous les trois ans. Le vaccin est recommandé pour toutes les jeunes filles de 11 à 14 ans. Le vaccin est d’autant plus efficace que les jeunes filles n’ont pas encore été exposées au risque d’infection par le HPV. En rattrapage, le vaccin est recommandé pour les jeunes filles et jeunes femmes de 15 à 19 ans révolus non encore vaccinées (source : Ameli.fr)

La majorité sexuelle

En France, la majorité sexuelle est aujourd’hui fixée à 15 ans. Une personne majeure qui a des relations sexuelles avec une personne mineure de moins de 15 ans peut-être poursuivi devant la justice pour atteinte sexuelle. S’il y a consentement, les relations sexuelles entre mineurs ne sont pas punies par la loi. S’i n’y a pas eu consentement, le mineur qui commet l’agression sexuelle ou le viol peut être poursuivi devant le tribunal pour enfant. 

L’interruption volontaire de grossesse (IVG)

Si votre ado est enceinte qu’elle ne souhaite pas mener sa grossesse à terme, elle peut, quel que soit son âge, demander une interruption volontaire de grossesse (IVG). Toutefois, cette IGV ne se pratique que sous certaines conditions.

Si votre enfant est mineure, elle peut demander votre accord mais elle peut également choisir de garder la démarche secrète. Dans ce dernier cas elle devra être accompagnée d’une personne majeure.

Pour procéder à une IVG, il faut passer deux consultations médicales obligatoires.

  • La première consultation peut se faire auprès d’un médecin ou d’une sage-femme. Si votre enfant est mineure on lui demandera de passer un entretien psycho-social obligatoire. Lors de cette première consultation on lui délivrera une attestation de consultation médicale.
  • Lors de la deuxième consultation on lui remettra une seconde attestation et elle devra confirmer sa demande d’avortement par écrit au médecin ou à la sage-femme.

Une visite de contrôle est prévue entre le 14e et le 21e jour après l’intervention.

L’IVG n’est pas une intervention anodine. Un suivi psychologique peut être recommandé.

N’hésitez pas à vous rapprocher d’un centre de planning familial ou d’un centre de planification et d’éducation familiale (CPEF).

Si vous avez des questions sur l’interruption volontaire de grossesse, vous pouvez appeler au 0800 08 11 11 (appel anonyme et gratuit).

Vous souhaitez échanger avec d’autres parents ?

Rejoignez la communauté des parents de Loire-Atlantique sur facebook

Retour en haut de page