La fatigue, l’épuisement et le burnout parental

La vie de famille qui se complique, une séparation, un accident, un handicap, un souci au travail… Les situations qui peuvent mener à l’épuisement parental ou au burnout, sont aussi nombreuses que variées.

 

Les signes qui peuvent alerter

Vous vous sentez fatigué(e), vous perdez patience ? Vous vous sentez submergé(e) par un ras le bol général ? Vous êtes peut-être proche de l’épuisement. D’autres signes, comme des troubles du sommeil, une désaffection pour votre enfant et la culpabilité qui va avec, mais également des troubles de la libido ou encore l’envie de ne plus rentrer chez vous peuvent apparaître. 

Commencez par être à l’écoute de vous-même et des autres. Souvent en tant que parent, on ne perçoit pas les premiers signes d’un burnout. Vous voulez tenir le coup, assurer, bien faire et vous vous dîtes que tel énervement ou telle baisse de tension n’était que passager, mais essayer de repérer les premiers signes vous-même ou d’écouter vos proches lorsqu’ils vous font des remarques.

Prévenir l’épuisement

Ne vous laissez pas dépasser. Dès les premiers signes d’épuisement ou si vous vous retrouvez face à une situation qui vous paraît insurmontable, le mieux c’est d’en parler.Vous pouvez en parler à votre médecin, mais aussi avec d’autres parents lors de cafés des parents ou d’échanges. Plusieurs associations et structures peuvent également vous ouvrir leurs portes pour échanger et en cas de de besoin, vous aider à trouver des solutions de soutien et d’accompagnement.

Des associations pour vous soutenir

Plusieurs associations œuvrent pour le soutien des parents. Vous pouvez par exemple vous rapprocher de l’Union départementale des associations familiales de Loire-Atlantique (Udaf 44), une fédération qui regroupe plusieurs associations de soutien à la parentalité. Vous pouvez également contacter l’École des parents et des éducateurs (Epe 44) ou encore des associations comme L’îlot Familles, les Pâtes au beurre ou Res’ppi (Réseau des parents parfaitement imparfaits), des structures reconnues pour leurs actions de soutien aux familles. 

L’aide aux aidants

Si vous vous occupez à domicile d’un enfant en situation de handicap ou atteint d’une maladie grave ou chronique, vous pouvez également vous connecter sur le site www.aidants44.fr. Sur ce site, vous pouvez faire une recherche spécifique, par exemple sur le handicap mental, et vous aurez accès à toutes les structures, associations et accompagnements que vous pourrez trouver, sur ce thème précis, en Loire-Atlantique. 

La médiation familiale

Si vous êtes à bout à cause d’un problème lié à votre vie de famille, vous pouvez également demander une médiation familiale afin de tenter d’apaiser un conflit ou une situation conflictuelle. 

Les lieux d’accueil enfants-parents (Laep)

Un lieu d’accueil enfants parents (Laep) est un lieu ludique de rencontres et d’échanges qui accueille de manière libre, gratuite, anonyme et sans pré-inscription les enfants de moins de 6 ans (dans certains Laep, les enfants ne sont accueillis que jusqu’à 4 ans), accompagnés d’un adulte référent comme le papa et la maman ou les grands-parents. Vous pouvez y venir pour passer un moment privilégié avec votre enfant et rencontrer d’autres parents et des professionnels avec lesquels vous pourrez échanger.

Les centres socio-culturels et les espaces de vie sociale

Les centres socio-culturels et les espaces de vie sociale peuvent organiser des rencontres et des débats entre parents, parfois avec l’intervention d’un professionnel ou d’une professionnelle (psychologue etc.)

Aide à domicile et droit au répit

Les aides à domicile -Vous pouvez avoir recours à plusieurs types d’aide à domicile. Parmi les différentes formes d’aides à domicile, on peut distinguer l’aide à domicile de la Caf, dont les interventions peuvent être prises en charge partiellement en fonction des ressources de la famille et sous certaines conditions d’éligibilité. L’intervenant à domicile est un professionnel ou une professionnelle qui vient vous soutenir de façon temporaire, à votre demande, lorsque vous faites face à des difficultés ponctuelles lors d’un événement familial (grossesse, naissance, maladie de l’enfant ou du parent, décès, séparation etc.). Ils ou elles vous accompagnent et vous aident aussi bien dans les relations avec vos enfants, la gestion du budget ou dans l’organisation des tâches.

Le droit au répit

Si vous consacrez votre temps l’accompagnement d’un enfant en perte d’autonomie en temps qu’aidant, vous avez le droit de prendre du repos. On appelle ce droit, le droit au répit.

Prévu par la loi d’adaptation de la société au vieillissement entrée en vigueur au 1er janvier 2016, le droit au répit offre la possibilité aux personnes qui s’occupent à plein temps d’une autre personne en perte d’autonomie, de bénéficier d’une aide afin de financer une solution ponctuelle de placement en foyer ou d’accompagnement à domicile afin de pouvoir faire une pause. 

Vous souhaitez échanger avec d’autres parents ?

Rejoignez la communauté des parents de Loire-Atlantique sur facebook

Retour en haut de page