Crise sanitaire : faire attention à l’impact psychologique chez les enfants

En famille, à l’école, au collège ou au lycée, avec ses amis ou dans les médias et sur les réseaux sociaux, votre enfant a forcément entendu, lu et vu beaucoup d’informations sur la Covid-19. Et même si vous faites attention à la maison, il peut se poser des questions et s’inquiéter. Cette masse d’informations, parfois contradictoires et surtout souvent alarmantes, peut avoir un impact psychologique sur le long terme. Voici quelques pistes pour vous aider à mieux accompagner votre enfant.

Être attentif sans s’affoler

Sarah Guesmi est psychologue clinicienne à la protection de l’enfance et au service des mineurs non accompagnés du Département.

Quels impacts la période que nous vivons peut avoir sur les enfants ?
Le traumatisme est toujours affaire d’après coup. Les enfants sont souvent très protégés. Avec la crise sanitaire, ils sont surexposés aux angoisses de maladie et de mort, de la leur propre et de celle de leur proches. Une autre prise de conscience, est celle de l’incertitude. Les parents et les adultes en général, même les experts, les scientifiques, parfois ne savent pas. Cette incertitude et l’intranquillité qu’elle génère peut avoir un impact sur les enfants et plus particulièrement sur les plus jeunes, perméables aux angoisses de leurs parents et proches. Ces prises de conscience peuvent laisser des traces. Pas forcément négatives d’ailleurs, puisque cela peut permettre le développement de l’esprit critique. Il ne faut pas hésiter à discuter avec les enfants et les ados. Ne pas avoir peur de dire que l’on ne sait pas ou que l’on est pas sûr. Bien entendu, tout est une question de dosage, en fonction de l’âge de l’enfant et de la situation de chacun.

Quels conseils donneriez vous aux parents ?
Pour moi, il faut, dans la mesure du possible, que les enfants retrouvent leur rythme, aussi bien au niveau du sommeil ou de l’alimentation que de la vie sociale. Il faut faire confiance aux enfants qui sont capables de se manifester quand ça ne va pas. Si vous observez des signes, comme des troubles du sommeil et de l’alimentation, de la tristesse ou de la colère qui surgissent, il faut être attentif. Mais il ne faut pas s’affoler non plus. Là où il faut s’inquiéter, c’est lorsque les symptômes s’installent dans le temps. Le plus important, c’est d’en parler avec l’enfant, mais aussi autour de soi, à des proches ou à des professionnels·les, de ne pas s’enfermer dans une situation, de rompre l’isolement.

Des ressources pour informer et en parler aux enfants

  • Plusieurs institutions ou sites spécialisés ont mis en ligne des conseils pour aborder le sujet de l’épidémie de Covid-19 avec son enfant. C’est par exemple le cas de l’Unicef qui propose 8 conseils pour en parler avec votre enfant ou encore du site internet Parents.fr qui met à votre disposition des conseils en fonction de l’âge de votre enfant.

  • Par ailleurs, le site de la Caf, Monenfant.fr propose un dossier complet dans lequel vous trouverez plusieurs outils et ressources pour informer vos enfants et leur parler de la Covid-19. Vous trouverez également sur Monenfant.fr, un dossier dédié au soutien aux parents face à la crise sanitaire.

  • Le site Enfance et Covid offre de nombreuses ressources pour accompagner les enfants et leurs parents face à la crise.

  • Le site Sparadrap propose plusieurs ressources en ligne, notamment  pour expliquer le port du masque ou le dépistage.

Médias, livres, vidéos

Accompagner l’accès aux écrans

Beaucoup d’informations passent par les médias et les réseaux sociaux. Dans notre dossier consacré aux écrans, vous trouverez des informations pour vous faire accompagner et guider.

Des lieux d’information, d’accueil et de soutien

Si vous avez des interrogations, besoin d’échanger, n’hésitez pas à les partager. Il existe en Loire-Atlantique plusieurs structures, dispositifs et lieux qui peuvent vous accompagner, en fonction de l’âge et des besoins de votre enfant :

Vous souhaitez échanger avec d’autres parents ?

Rejoignez la communauté des parents de Loire-Atlantique sur facebook

Retour en haut de page